Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine

Thématiques

Safer Drinking Scenes : Les jeunes et la consommation excessive d’alcool dans l’espace public

Le phénomène du Binge Drinking

Présentation générale

Ce que nous appelons ’’binge drinking’’ est un comportement d’’’hyperalcoolisation’’ observé et observable chez des jeunes âgés entre 15 et 25 ans se caractérisant par une consommation excessive d’alcool dans les espaces publics.
Le phénomène du Binge Drinking, encore appelé « Biture express » ou « hyperalcoolisation périodique » chez les jeunes est un phénomène qui, sans être nouveau, est en recrudescence inquiétante dans la plupart des villes. Un rapide tour d’horizon montre que cette thématique est de plus en plus au centre des préoccupations, et donc des priorités, locales :

On remarque également que, la plupart du temps, les villes sont assez démunies face à ce phénomène et sont assez en demande de pratiques et d’expériences positives dans ce domaine.

Le Forum Français pour la Sécurité Urbaine travaille sur cette thématique depuis plusieurs années, et plus particulièrement depuis 2007 avec la mise en place d’un groupe de travail national « Binge Drinking », dont il est le pilote et qui regroupe une dizaine de villes de son réseau. Les résultats sont encourageants et les villes toujours plus en demande mais il est nécessaire aujourd’hui, pour franchir un pallier supplémentaire, d’européaniser la problématique et les échanges. Ce problème étant présent dans une grande majorité des villes d’Europe, il semble nécessaire et évident de faire de ce thème un thème central autour duquel quantité de villes européennes pourraient échanger, partager, contribuer et bénéficier.

Fort de son expérience en la matière et de son réseau de plus de 100 villes, le FFSU semble être l’impulseur idéal pour un tel projet et s’appuiera sur le Forum Européen ainsi que sur les autres forums nationaux pour européaniser au maximum ce projet et toutes les réalisations qui en seront issues.

En Belgique, c’est à Brugge et dans les cafés du centre ville avec les projets ’’Horecacoach’’ et ’’Ce café est oké’’, puis à Mouscron avec le projet "Hurlusbus", que le Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine posera les bases d’un projet participatif autour d’ambitions semblables.

C’est dans ce contexte que s’effectue le partenariat entre le Forum Français pour la Sécurité urbaine (FFSU) et le Forum Belge pour la prévention et la sécurité urbaine (FBPSU) relatif au projet ’’Safer Drinking Scenes’’ (SDS).

Une approche globale et intégrée du phénomène implique la nécessité d’aborder le problème au minimum sous trois axes différents :

Pour une approche la plus concrète et factuelle possible, la proposition a été d’également faire la distinction entre les phénomènes de binge drinking « institutionnalisé », ou du moins organisé (fêtes étudiantes, festivals,…) et ceux que l’on pourrait qualifier de plus « sauvages » (rassemblement non organisé). Le dénominateur commun à ces distinctions est l’espace public urbain. En effet, peu importe le phénomène (rassemblement organisé ou non) et l’objet d’étude (victimes >< auteurs).

Le projet s’articule autour de trois axes principaux :

Description et circonscription du sujet

L’alcool a, de tout temps, occupé une place importante dans la plupart des sociétés, avec en filigrane la relation que l’homme entretien avec celui-ci, relation indéniablement profondément polymorphe. Pour preuve le simple constat que l’on peut faire concernant les différentes visions
de la consommation, fonction des périodes et sociétés. La consommation d’alcool est (ou a été en tout cas) vue tantôt comme un vice, une maladie mentale, un délit, voire un crime et tantôt comme un simple agrément de la vie quotidienne, un « pêché mignon » mais aussi, à certaines époques, comme un rite initiatique. (la consommation d’alcool pourrait encore aujourd’hui s’apparenter à un rite initiatique au sein de certains groupes, le plus souvent groupes de jeunes).
La multitude des formes de consommation et de toutes les constructions sociales les entourant nécessite, plus que pour tout autre sujet, une circonscription claire et précise du/des phénomène(s) étudié(s), du/des groupe(s) cible(s) et des autres protagonistes.

La première distinction à effectuer est celle qui concerne le(s) groupe(s) cible(s). Ce projet aura comme objet la consommation d’alcool en groupe chez les jeunes. Sans effectuer de classification stricte et rigide, on peut partir du principe que cette catégorie comprend les personnes d’un âge
allant de 13 à 25 ans.

La deuxième distinction à faire nécessairement concerne le mode de consommation. La diversité de ces modes – et de leurs appellations- peut être un obstacle à l’efficacité du projet en question. Sera donc visée ici la consommation massive (hyperalcoolisation), périodique et problématique des jeunes.

La dernière distinction aura pour objet le territoire. En effet, les lieux de consommation étant presque aussi nombreux que les modes, il convient de circonscrire ces premiers. Ce projet s’adresse avant tout aux villes et collectivités locales et visera la gestion par celles-ci de ce phénomène. C’est donc assez logiquement que nous nous limiterons, dans le cadre de ce projet, à la prise en compte de ce phénomène dans l’espace public dit « urbain ».

Précisions également que, géographiquement, le projet prendra en compte le phénomène du binge drinking dans les villes et collectivités d’Europe. Il faudra donc sortir du cadre strictement national pour se pencher sur le phénomène en lui-même et sur les différents moyens qu’une entité locale a à sa disposition pour la meilleure gestion possible de celui-ci.

Objectifs et résultats

L’objectif général du projet est la gestion des phénomènes d’hyperalcoolisation chez les jeunes et la prévention des risques liés à ceux-ci.
Ce projet sera par nature transversal, tant au niveau des actions, méthodes et domaines pris en compte (conduites addictives, gestion des foules et de l’espace public, prévention sanitaire, prévention des nuisances, victimisation, sensibilisation,…) que des acteurs concernés (décideurs locaux, police, personnel médical, acteurs de 1ère ligne,…)

Les différents objectifs visés par ce projet sont :

Les résultats attendus du projet sont :

Pour la concrétisation de tous ces résultats attendus, il a été nécessaire de mettre en place ce site, outil fonctionnel qui contient tous ces éléments, qui est consultable par tous, évolutif, interactif et participatif.

Méthodologie

Voici la présentation complète du projet SDS ainsi que l’organigramme.
Interviennent dans ce projet 3 groupes distincts mais interdépendants :

Le projet a compris 4 grandes phases, en partie simultanées :

Événements prévus : 1 séminaire de lancement, 8 visites de villes (si 8 villes partenaires) et 1 conférence finale

Renseignements pratiques

Durée du projet : 30 mois
Budget total du projet : +/ 230 000 euros
Subvention de la Commission Européenne : 70 %
Contribution financière demandée : 6000 euros
Événements prévus : 1 séminaire de lancement, 8 visites de villes (si 8 villes partenaires) et 1 conférence finale
Leader : Forum Français pour la Sécurité Urbaine (FFSU)
Partenaires : 8 villes, Forum Européen pour la Sécurité Urbaine, Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine (FBPSU), Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies
Contact : Laetitia NOLET, Chargée de mission FBPSU et Vanina HALLAB, Chargée de projet FFSU

Thème(s) lié(s) à cet article

Article(s) du même thème

Dernière mise à jour

Conférence “Sécurité, Démocratie & Villes” 2017 : ouverture des inscriptions le 9/03/2017
15 novembre 2017

15-17 Novembre 2017, DHUB, Barcelona Organisée par l’Efus, la Généralité de Catalogne et la (...)...

Nos thématiques

Agenda

16
11
2017


24
10
2017


19
10
2017