Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine

Pas de méthode miracle mais un travail sur mesure

En guise de conclusion, cette quatrième partie adresse des recommandations aux responsables politiques, aux professionnels, aux citoyens, pour produire des réponses participatives et partenariales dans le cadre des politiques de sécurité et du sentiment d’insécurité en particulier.

Une idée ressort des expériences de terrain : collaborer à la qualité de vie et à la sécurité, c’est faire du travail sur mesure.

De manière générale, ce travail doit permettre de (re)créer la confiance, la transparence et la crédibilité entre les responsables politiques, les habitants et les partenaires, en veillant aux différences de poids entre les différents acteurs.

Le choix des techniques utilisées dépend du thème, du groupe cible, de la phase dans laquelle se trouve le projet mais aussi du soutien présent au sein de l’organisation. La méthode peut déterminer le degré d’implication des citoyens et des partenaires. Dans la mesure du possible, les techniques seront innovantes, axées sur l’interaction, soutenues et ciblées.

+ Pour en savoir plus  : voir sur le site web de la VVSG un tableau reprenant une énumération non limitative de techniques, mentionnant leur utilisation la plus adéquate ainsi que des liens vers les organisations disposant d’expérience en la matière.

Et dans les laboratoires ?

Lors d’une rencontre collective entre laboratoires francophones, les acteurs locaux ont réfléchi à la question des conditions de développement des laboratoires de lutte contre le sentiment d’insécurité. Ils ont attiré l’attention sur la nécessité de :

(Recommandations tirées de la trace écrite rédigée par Periferia suite à la rencontre collective entre laboratoires francophones du 11 avril 2008 à La Louvière).

Dans la même rubrique

Thème(s) lié(s) à cet article

Table des matières