Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine

Les recommandations

SUR QUOI SE BASENT ELLES ?

Au fil des discussions et des rencontres collectives essentiellement entre professionnels (mais aussi avec les habitants).

Recommandations au pouvoir politique

La mise en place d’une politique de qualité de vie et de sécurité participative intégrale et intégrée se base sur une vision claire et novatrice du partenariat.

Cela demande un style de gestion accordant de l’importance à l’ouverture, la clarté, l’attention pour ce qu’apportent les autres, l’entretien d’une relation constructive avec toutes les parties concernées, une analyse claire des problématiques et la mise à disposition de capacités et de moyens.

Les organes démocratiques, que ce soit le conseil communal, le conseil de police ou celui du CPAS, doivent marquer de leur empreinte la politique de qualité de vie et de sécurité. Ces organes représentatifs de la population doivent assurer un rôle important au niveau de la mise sur pied d’une politique ou de la stimulation des parties en présence. Etant donné que tous les aspects de la politique ne peuvent pas être traités simultanément, ils doivent fixer des priorités et éventuellement mentionner les attentes vis-à-vis de la politique de sécurité publique. Ils sont les premiers moteurs du projet.

Le Collège des Bourgmestre et Echevins est responsable de la mise en œuvre et du suivi de la politique. Dans cette optique, le Bourgmestre est souvent considéré comme le gestionnaire. Il peut éventuellement être assisté dans ce rôle par un coordinateur de sécurité.

L’importance qu’accordent les pouvoirs publics à la politique de qualité de vie et de sécurité doit être reflétée dans le plan d’orientation stratégique de la Commune et traduite dans les plans d’action annuels. Les moyens nécessaires doivent y être associés. Dans les laboratoires, il est arrivé que les responsables politiques se soient moins impliqués après s’être rendus compte que le projet allait bénéficier d’un soutien méthodologique… et non d’une enveloppe budgétaire.

> Concrètement

Recommandations aux professionnels

Le rôle des professionnels (Police, services communaux, professionnels associatifs) apparaît central dans toutes les démarches (interface, facilitateur, veille…). Cette posture nécessite des compétences et une volonté spécifiques que toute personne ne peut ou ne veut pas assumer.

Le principal facteur critique de succès pour les professionnels est la volonté de collaborer. Tout le monde est toujours d’accord avec ce principe, mais une collaboration réelle est pourtant difficile à assurer. Pour y parvenir, il faut pouvoir laisser de côté sa propre opinion, écouter les autres, penser en fonction du cadre de référence des partenaires, mettre en évidence les objectifs communs plutôt que les différences, adopter une vision prospective et non se focaliser sur les échecs du passé, rechercher ensemble des solutions, chacun selon son approche et sa spécialisation, etc.

A l’instar des responsables politiques, les professionnels doivent avoir la volonté d’écouter les citoyens et de communiquer avec eux.

> Concrètement

Recommandations aux citoyens

Les citoyens occupent une place unique car en fin de compte, ce sont eux les premiers concernés. Ils sont les victimes (potentielles) d’une politique inadéquate. Les citoyens doivent toutefois comprendre qu’ils représentent aussi une partie de la solution au problème. Ils doivent être prêts à collaborer à celle-ci. Ils peuvent le faire de différentes manières et à différents moments, mais il s’agit d’une nécessité s’ils veulent que la solution réponde à leurs attentes.

> Concrètement

Dans la même rubrique

Thème(s) lié(s) à cet article

Table des matières