Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine

L’enjeu d’une bonne communication, avec les partenaires et avec les médias

Pour quoi et comment communiquer sur un projet auprès des partenaires impliqués ?

Il s’agit de toujours se poser la question de l’objectif de la communication qui doit servir l’objectif et le contenu des projets.

Les projets doivent faire l’objet d’une communication ciblée, mais en veillant à ne pas tuer la communication par une surabondance de communication… La réussite des projets est d’ailleurs souvent liée à la qualité de cette communication. Il s’avère qu’elle n’est pas toujours menée de la façon la plus efficace. Les reproches les plus fréquents sont les suivants : trop tard, trop superficiel, trop compliqué, ou recours à un moyen de communication non adéquat.

Ces moyens de communication sont d’ailleurs très nombreux. Il est en effet possible d’utiliser les médias nationaux ou locaux, les imprimés publicitaires, les prospectus, la revue d’information communale, le site web, la télévision sur Internet, les brochures, etc. Toutefois, le meilleur moyen de communication est toujours l’explication personnelle des attentes et décisions. Le choix du moyen de communication à utiliser dépend du sujet, du groupe cible, du moment et des moyens disponibles.

La communication est un travail de spécialistes. Si vous disposez d’un responsable de la communication, confiez-lui la préparation de l’ensemble de la communication, et en particulier la création d’un plan. Dans le cadre d’une politique de communication efficace, tous les éléments sont prévus. Il est important que le moyen de communication utilisé, le contenu et le responsable soient clairement désignés avant chaque étape du processus participatif.

L’arrivée des nouvelles technologies est une opportunité pour toucher et mobiliser le public. Voir supra : comment mobiliser les silencieux ?

Les (N)TIC et autres technologies de l’information telles que sms, MSN et WebTV sont de plus en plus utilisées pour contacter un public jeune. Certaines polices organisent aussi des "chat sessions" avec leurs équipes (voir site VVSG).

+ Pour en savoir plus  : voir le recueil d’informations utiles pour les acteurs de terrain (travailleurs sociaux et autres acteurs) réalisé par Dynamo international sur le thème : "comment communiquer sur mon projet". (Lien voir références à la journée médias de juin 2008)

Quels sont les risques de la communication ?

Les grands risques de la communication sont, outre la simplification ou la dramatisation du message, la "non-communication". Car il s’agit là également d’une forme de communication. En omettant de communiquer à temps, y compris les messages négatifs, une organisation perd sa crédibilité. Les gens commencent à se faire des idées sur base de suppositions et de rumeurs. Il est alors trop tard pour regagner cette crédibilité perdue.

> Quelques conseils

Comment communiquer avec les médias sur l’insécurité ?

La communication avec les médias est une question délicate. Chaque partie a besoin de l’autre, mais présente un cadre de référence et des objectifs différents. Les médias ont principalement besoin d’informations prenantes, intéressantes et attrayantes, pour encourager les lecteurs à regarder ou lire leur "produit". Les pouvoirs publics et autres membres du projet souhaitent faire passer le message auprès d’un public (cible) aussi important que possible. Ces deux aspects sont parfaitement conciliables et reposent sur le respect et la confiance.

Comme l’a bien mis en évidence le rapport de la Fondation Roi Baudouin consacré à l’insécurité, si l’insécurité a toujours été traitée dans l’information, on constate actuellement un "effet de loupe" des médias par rapport à ce thème. Les sujets liés à l’insécurité sont relayés de façon plus directe, voire amplifiés par les médias, en raison d’une série d’éléments liés à leur manière de fonctionner actuelle : recherche d’un contact et d’une relation avec le destinataire de l’information basée sur l’émotion, simplicité du traitement ce type d’informations (ne nécessitant pas de formation préalable du journaliste), multiplicité des supports…

En pratique, il n’est pas nécessaire d’être un spécialiste en communication pour faire connaître ses projets et assurer une communication efficiente portant sur les questions de sécurité. Ces missions nécessitent néanmoins certaines connaissances spécifiques des médias et de leurs règles de fonctionnement.

Les temporalités différentes des médias (temporalité courte, basée sur l’urgence) et des autorités publiques (nécessité d’un recul vu les responsabilités liées aux déclarations) ont un impact sur la thématique du sentiment d’insécurité.

> Quelques conseils

Dans la même rubrique

Thème(s) lié(s) à cet article

Table des matières