Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine

2.3 La Louvière, quartier de Bois-du-Luc

Comment les habitants d’un quartier se font-ils entendre ?

La Louvière

Quartier des carrés de Bois du Luc et centre communautaire Houdeng (seniors)

Population : 80.000 habitants pour 64,2 km²

LE LIEU
Les Carrés de Bois du Luc, ancien quartier de mineurs, caractérisé par sa disposition particulière en carrés formant un ensemble clos à accès unique, en dehors de la Ville. Les habitations y sont des petites maisons ouvrières rénovées et transformées en logements sociaux.

LE PUBLIC CIBLE
Les habitants des Carrés de Bois du Luc, en majorité des familles.

LE THEME
Il s’agit de travailler sur le sentiment d’insécurité des habitants dans un quartier isolé et fermé sur lui-même.

LES OBJECTIFS

L’HISTORIQUE

Durant l’été 2007, lors des permanences sociales hebdomadaires du CPAS de La Louvière émerge une prise de conscience : "Bois du Luc" et "Houdeng", deux quartiers perçus comme "délaissés" par les autorités locales, semblent être devenus des zones de non droit particulièrement touchées par des faits d’incivilité.

Suite à une réunion avec les partenaires locaux, les travailleurs sociaux de terrain constatent que Houdeng ne connaît pas (ou plus) réellement de sentiment d’insécurité. Le laboratoire est donc appelé à se concentrer uniquement sur le quartier de Bois du Luc.

Au cœur du travail : l’animation d’un groupe de parents du quartier, "Le Groupe des Papas et Mamans solidaires", qui témoigne de l’intérêt des habitants pour leur lieu de vie. Ils sont en effet désireux d’améliorer l’état du quartier et de s’impliquer dans une démarche de participation. Un partenariat local sur le thème du sentiment d’insécurité se met en place.

Le groupe fait ses premiers pas en préparant un diagnostic marchant, avec l’aide de Periferia, association travaillant sur la participation citoyenne. Cette expérience se base sur un échange de savoirs et de bonnes pratiques d’un collectif lillois : "Paroles d’habitants". Expérimenté en marches exploratoires, ce groupe apporte son expertise et soutient le groupe de Bois du Luc.

Le diagnostic marchant dont voici la synthèse est organisé en mai 2008 dans les Carrés de Bois du Luc. Il permet de mettre à plat les constats des habitants. La discussion est ouverte avec les autorités locales lors d’une réunion en décembre 2008. Des propositions sont étudiées, comme l’adaptation des activités pour jeunes, la sensibilisation à la prévention des drogues, l’aménagement urbain, le lien avec l’agent de quartier...

LE PROCESSUS DU LABO
Le porteur
Le CPAS de La Louvière (Service des Affaires sociales).

Le pilote politique
Aucun. Le projet est entièrement porté par la direction des Affaires sociales du CPAS.

Les partenaires
"Le Groupe des Papas et des Mamans solidaires" et l’asbl "Paroles d’habitants" de Lille.
Il a été décidé de partir de la demande des habitants pour légitimer une action multi acteurs. A terme, un partenariat avec la Coordination sociale et la Police locale est envisagé.

Les réalisations

Les atouts

Les difficultés

Les perspectives

Les techniques utilisées

Les ressources

Les personnes de contact
Dominique COBUT, assistante sociale à Bois du Luc, tél : 064/33.94.00, mail

Grégory LACHAPELLE, Cellule prospectives du Service Social du CPAS, tél : 064/88.52.48, mail

Dans la même rubrique

Thème(s) lié(s) à cet article

Table des matières