Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine

2.2 Mouscron : Comment faire la fête en toute sécurité quand on est jeune ?

Commune de Mouscron

En zone eurégio à 15km de Lille, 15 km de Courtrai et 20 km de Tournai

Population : 52 826 habitants pour 40,3 km²

Densité population : 1 287 hab/km²

Moyenne nationale : 340 hab/km²

LE LIEU
Le centre-ville de Mouscron et les quartiers festifs.

Le PUBLIC CIBLE
Les jeunes Mouscronnois, de 16 à 25 ans.

LE THEME
Le sentiment d’insécurité vécu par les jeunes est au coeur de ce laboratoire, sous l’angle de l’abus d’alcool et des violences qui en découlent (sur la route, dans des altercations), ainsi que des nuisances sociales et sanitaires liées aux sorties. A Mouscron, l’alcool est le plus souvent consommé par les jeunes dans des bars, des lieux festifs du centre-ville, ainsi que lors de soirées promotionnelles lors desquelles des boissons alcoolisées sont offertes ou vendues bon marché.

LES OBJECTIFS

L’HISTORIQUE
Début mai 2007, suite à des agressions sur de jeunes Mouscronnois en fin de sortie, une vingtaine de parents prennent part à une réunion organisée à l’initiative des autorités communales et de la Police. Au cours de la soirée, un jeune propose de créer un minibus circulant les soirs de week-end en vue de ramener les jeunes chez eux (cela deviendra le "Hurlusbus"). C’est le coup d’envoi du laboratoire mouscronnois, lancé avec l’Echevine de la Jeunesse et des Sports et l’Echevine de la Prévention et de la Santé.

Le phénomène est d’abord analysé sur base des données reprises au Moniteur de Sécurité 2006 relatives à la criminalité (violences publiques impliquant les jeunes) et au taux d’accidents de roulage. Rien n’indique une augmentation en la matière. Là encore, c’est la réalité du "sentiment" plus que l’insécurité factuelle qui prime.

En septembre 2007, les travailleurs de la Police et de la Prévention effectuent un sondage lors des "24 heures de Mouscron", événement festif qui rassemble chaque année la population mouscronnoise et des environs. Le thème : la consommation d’alcool, ses abus et dangers auprès des jeunes. La technique : les conversations de rue. Il en ressort différents constats : l’ivresse est bien considérée comme source de conflits et d’agressivité en fin de soirée, les campagnes de prévention de l’abus d’alcool devraient être plus créatives pour être efficaces, et l’idée du bus est jugée intéressante.

Entre-temps, d’autres expériences viennent donner des idées à l’équipe mouscronnoise : le défi brestois, la charte Festivités de Lille, l’Horecacoach de Bruges, en matière de collaboration avec les établissements où l’on consomme de l’alcool.

Et en décembre 2007, un plan d’action intégré sur la prévention de l’abus d’alcool chez les jeunes est défini. Ses quatre grandes lignes sont la sensibilisation des jeunes par les jeunes (dans le média local No Tele), la communication avec les cafetiers, la création d’événements alternatifs sans ou avec peu d’alcool (sportifs, ludiques) en périodes clés comme la fin des examens, et enfin le service de navette Hurlusbus.

Ce plan fait collaborer de multiples acteurs : la Police locale, le Service communal de la Jeunesse, le Service communal de la Prévention, la Maison de la santé, ceci sous la responsabilité de deux Echevines (Jeunesse et Santé).

Les actions se suivent dès le printemps 2008. Un sondage, adapté de la technique des conversations de rue, est réalisé en mars auprès d’une trentaine de cafetiers du centre-ville et de la périphérie, avec un souci de représentativité des 260 débits de boissons de l’entité. Le questionnaire évoque la création d’une charte ou d’un label de qualité et ouvre la voie aux propositions. L’accueil est positif : les cafetiers trouvent un bénéfice à réduire les nuisances liées à l’alcool, et participeraient volontiers à un label.

Le Hurlusbus (son nom lui vient des Hurlus, personnages populaires fêtés tous les ans à Mouscron le premier week-end d’octobre) fait ses premiers sorties, en mars 2008 lors du "PSCHITTTT Festival", en avril pour le "RRRRR’ Festival", en mai lors du "Century Rock", en juin pour le "Mouscr’on the rock" et lors de la "Saint-Ric(h)ard" ainsi qu’en septembre lors des "24 heures".

Sous le nom "Lâche ta pression", un événement est organisé en juin 2008 pour fêter la fin des examens autrement qu’en abusant d’alcool.

En outre, des entretiens sont réalisés avec les jeunes du Conseil communal des Ados et au sein d’un groupe de la Maison de jeunes, notamment au travers d’un projet nommé "Eté solidaire" qui contribue par ailleurs à décorer le Hurlusbus.

En octobre 2008, le plan d’action est évalué. Des adaptations sont envisagées et des perspectives établies au-delà du laboratoire.

Les résultats sont présentés aux Echevins en janvier 2009.

LE PROCESSUS DU LABO
Le porteur
Police locale (Cellule Prévention).

Les pilotes politiques
L’Echevine de la Jeunesse et de l’Enseignement et l’Échevine de la Santé et de la Prévention
Ce partenariat a été consolidé depuis 2007 et reste mobilisable pour des projets futurs.

Les partenaires communaux
Le Service communal de la Jeunesse, le Service communal de la Prévention, la Maison communale de promotion de la Santé.

Les partenaires non communaux
La Maison de Jeunes, les cafetiers et propriétaires de débits de boissons, la télévision communautaire No Télé.

Les réalisations

1. Campagne de sensibilisation des et par des jeunes : projet de reportage vidéo par les jeunes sur les dangers de l’alcool en collaboration avec la télévision régionale No Télé.

2. Campagne de sensibilisation des cafetiers : enquête et réalisation d’une campagne, charte ou label (lutte contre les nuisances, information pour la réduction des risques et la promotion de la santé, respect de la réglementation relative à l’ivresse).

3. Animations préventives en périodes clés dans les quartiers (lors de la fin des examens : projet "Lâche la pression").

4. Mise à disposition du Hurlusbus qui propose aux jeunes de les raccompagner vers le centre résidentiel lors de festivals et fêtes : 7 sorties depuis sa création (+/- 150 jeunes l’ont emprunté).

Les atouts

Les difficultés

Les perspectives

Les techniques utilisées

Les ressources

Les personnes de contact

Benjamin MARTIN, Conseiller de la Cellule Prévention de la Police locale, tél : 056/86.07.67, mail

Bastien DELOOSE, Maison de la santé, tél : 0496 25 28 73, mail

Ludovic BILLET, Service jeunesse, tél : 056/86.02.97, mail

Valérie De Jaegere, Service jeunesse, tél : 0497/52.77.07, mail

Dans la même rubrique

Thème(s) lié(s) à cet article

Table des matières