Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine

2.1 Bruxelles, Square Léopold : Comment mieux vivre ensemble autour d’un square ?

Square Léopold

Ville de Bruxelles : 145.917 habitants sur 32.6 km²

Région de Bruxelles Capitale : 1.031.215 habitants sur 162 km²

Moyenne nationale : 340 hab/km²

LE LIEU
Le square Prince Léopold à Laeken (Ville de Bruxelles) et son parc central. Le quartier est mixte, entre habitations unifamiliales, petits immeubles et nombreux immeubles de logements sociaux.

LE PUBLIC CIBLE
Les habitants et les usagers du square Léopold et de son parc. Ce sont principalement des jeunes, des familles nombreuses et des personnes âgées et isolées.

LE THEME
Il s’agit d’améliorer le sentiment de sécurité des habitants du square Prince Léopold et des usagers du parc. Pour ce faire, deux mots d’ordre : décloisonner (les différentes catégories de population) et dialoguer (entre citoyens, associations et institutions), par la mise en place de groupes de parole, autour de la question : "Quelles sont les causes du sentiment d’insécurité et comment y répondre concrètement ?". Avec un but ultime : mieux vivre ensemble.

LES OBJECTIFS

L’HISTORIQUE

Le Square Léopold est un lieu plutôt agréable à vivre. En 2006, toutefois, des incidents renforçant le sentiment d’insécurité marquent le quartier : rassemblements inquiétants, règlements de compte entre jeunes, disputes pour l’occupation des espaces du square. Ces évènements ne se traduisent pas forcément dans les statistiques policières. Mais les travailleurs sociaux constatent que le quartier vit un effritement de la cohésion sociale et des conflits intergénérationnels autour du parc, doublés d’un sentiment d’insécurité, en particulier chez les personnes âgées.

Les professionnels du terrain se réunissent avec la volonté de lancer un projet avec les habitants. Il s’agit entre autres d’un groupe "sécurité" avec la Police, et de groupes de travail de BRAVVO asbl. Le square Léopold est choisi comme quartier-test pour implanter des groupes de parole. Tous les médiateurs sociaux des équipes de Bravvo subsidiées par la Région, et non uniquement ceux concernés par le quartier, participent dès lors au lancement du laboratoire. Si les résultats sont probants et en fonction des besoins, la démarche pourra être menée sur d’autres quartiers de Bruxelles Ville.

En septembre 2007, l’équipe de BRAVVO réalise une enquête pour évaluer de façon tangible les problèmes ressentis par la population sur et aux abords du square. Ces conversations de rue réalisées au porte à porte permettent d’affiner le projet présenté au comité de soutien. Ce dernier, composé d’associations, d’acteurs communaux et institutionnels, a pour mission d’établir un plan de travail, à présenter au politique. Un groupe-pilote est désigné au sein de ce comité. Plusieurs partenaires des logements sociaux, du CPAS, de la maison communautaire de quartier (OASIS), de la division de la police du quartier organisent ainsi la création du groupe de parole. Ils sont bien préparés, puisque, dans le cadre du laboratoire, chacun de ces travailleurs recevra une formation spécifique sur l’animation de groupes de parole.

Pour se faire connaître et inviter les habitants à participer au groupe de parole, une animation "phare" est organisée dans le quartier fin 2007 : un stand placé sur le square informe les habitants du lancement d’un projet participatif et les incite à laisser leurs coordonnées. Un drink convivial clôture l’événement. Sur base des informations récoltées et des demandes des habitants, un groupe de parole et d’action est constitué, composé de représentants communaux, associatifs et de quelques habitants.

Après une première réunion de prise de contact, le groupe de parole réalise un diagnostic marchant sur le square. Les données relevées débouchent fin 2008 sur une séance d’information et de "questions-réponses" en présence d’élus. Une première réunion a porté sur le thème de la propreté et les gardiens de la paix ont été présentés.

Ensuite, le groupe-pilote réévalue le projet : le groupe de parole doit être plus représentatif (en comptant plus de jeunes, notamment) et s’impliquer davantage dans la mise en place de projets collectifs dans le quartier.

LE PROCESSUS DU LABO

Le porteur
L’asbl BRAVVO, asbl para communale chargée de la mise en œuvre des projets de prévention de la Ville de Bruxelles. Plus particulièrement, les animateurs du Centre communautaire OASIS, les médiateurs sociaux et les gardiens de la paix qui organisent les comités et le groupe de parole.

Les pilotes politiques
Le Collège des Bourgmestre et Echevins, certains Echevins s’impliquant de façon ciblée selon les thématiques (Propreté, Espaces verts, Familles) concernées lors des réunions du groupe de parole.

Les partenaires

Les réalisations

Les atouts

Les difficultés

Les perspectives

Les techniques utilisées

Les ressources

Les personnes de contact

Th. HENDRICKX, évaluateur interne, Bravvo asbl, tél : 02/279.21.52, mail

C. SANCHEZ, Coordinatrice de l’axe Prévention des conflits, Bravvo asbl, Tél : 02/279.47.70, mail

Ch. DE LUTIS, Médiatrice sociale Quartier de Laeken Nord, Bravvo asbl, Tél. : 02/427.83.44, mail

Dans la même rubrique

Thème(s) lié(s) à cet article

Table des matières